jump to navigation

Les déchets, ce bel objet de cinéma 29 mai 2013

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

Le Monde (France) mercredi 29 mai 2013, p. 11

Gilles van Kote

Plusieurs documentaires s’emparent du sujet, dont « Polluting Paradise » de Fatih Akin.

Quoi de plus cinégénique qu’une montagne de déchets? Tout y est, ou presque : matières et textures variées, couleurs, effet de fascination ou de répulsion. Ne manque finalement que l’odorama, technique chère à John Waters, qui en fut un des pionniers en 1981 avec son film Polyester…

Hasard du calendrier ou montée en puissance de cette problématique, trois documentaires sortant ces prochains mois tournent autour des monceaux d’ordures produits par la société humaine. Polluting Paradise, de l’Allemand Fatih Akin, présenté en 2012 au Festival de Cannes, est le premier à arriver sur les écrans français, mercredi 29 mai. Le film raconte la lutte des habitants de la commune turque de Çamburnu contre un projet de décharge sur les hauteurs du village, situé sur les rives de la mer Noire, dans la province de Trabzon, région d’origine du père du cinéaste.

Fatih Akin, également auteur de fictions (De l’autre côté, Soul Kitchen), a filmé cette lutte depuis le début de la mobilisation des habitants, en 2007, jusqu’à la rupture inopinée du bassin collecteur des eaux usées de la décharge, fin 2011. Plutôt que de s’attarder sur les déchets, il a tourné sa caméra vers les protagonistes : le maire du village, tiraillé entre son opposition au projet et son appartenance au parti au pouvoir, les préfets de la région, débarquant de leur limousine pour constater l’ampleur des dégâts et repartant aussitôt après quelques propos lénifiants, des villageois attachés à leur terre, comme Nezihan Haslaman, altière cultivatrice de thé n’hésitant pas à apostropher les autorités, morte avant la fin du tournage.

Autre documentaire présenté à Cannes en 2012, Trashed, de la Britannique Candida Brady, ne sort pas en salle, mais il est disponible en DVD depuis avril. Là où Fatih Akin a choisi d’attaquer le sujet par une approche locale, Candida Brady a opté pour le global. Dans les pas de l’acteur Jeremy Irons, fil rouge et producteur exécutif du film, Trashed s’emploie à faire comprendre les grands enjeux de la gestion des déchets. Pour cela, l’acteur sillonne la planète de la décharge, de Saïda, au Liban, vomissant ses entrailles dans la Méditerranée, aux pionniers du zéro déchets à San Francisco, en passant par Gilly-sur-Isère, commune savoyarde polluée par son incinérateur, ou par le Vietnam, pour montrer les méfaits de la dioxine contenue dans l’agent orange mais également émise par l’incinération des ordures.

Au cas où le spectateur ne l’aurait pas compris, le sujet est grave, ainsi que l’atteste la mine perpétuellement douloureuse de Jeremy Irons. Le film renvoie dos à dos la mise en décharge et l’incinération, les deux modes de traitement des déchets les plus utilisés dans le monde, pour tourner au plaidoyer en appelant à réduire autant que possible les quantités d’ordures produites par les consommateurs et par l’industrie.

Le troisième film est un documentaire très personnel de Martin Esposito, Super Trash. Cet ancien surfeur a passé deux ans à observer la décharge de Villeneuve-Loubet, près de chez lui, dans les Alpes-Maritimes. Il s’y est même installé quelque temps, dans un cabanon, avec l’accord de Veolia, opérateur du site jusqu’à sa fermeture, en 2009, passant son temps à scruter l’arrivée des bennes à ordures et à inspecter leur chargement. Se mettant en scène, il semble y découvrir, avec un brin de naïveté, qu’il appartient à une société de surconsommation dont les déchets – notamment alimentaires – ne sont pas très ragoûtants.

Si sa sortie en salles a été repoussée au 9 octobre, le film a fait parler de lui lors de la quinzaine cannoise : Martin Esposito avait filmé l’arrivée dans la décharge du tapis rouge, changé plusieurs fois par jour. Des associations se sont emparées de ces images pour faire pression sur la direction du Festival, qui a les a reçues et a accepté d’entamer un dialogue pour parler réductions des déchets.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :