jump to navigation

Guerre des clans au sommet de l’Etat turc 30 mai 2013

Posted by Acturca in Middle East / Moyen Orient, Turkey / Turquie, USA / Etats-Unis.
Tags: , , , ,
trackback

Le Monde (France) jeudi 30 mai 2013, p. PEH2
Géo & Politique

Guillaume Perrier, Istanbul, correspondance

La lutte d’influence reprend entre le premier ministre Erdogan et les adeptes de la confrérie Gülen.
Le récent voyage du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, aux Etats-Unis, à la mi-mai, a remis la question à l’ordre du jour : le chef du gouvernement allait-il rendre visite à Fethullah Gülen, guide spirituel d’une puissante confrérie islamique turque, réfugié outre-Atlantique depuis 1998? Il n’a finalement pas fait le déplacement en Pennsylvanie, où s’est retiré l’ancien imam et prédicateur, supposé être à la tête de plusieurs millions d’adeptes et d’un vaste réseau d’écoles, de centres culturels et d’entreprises à travers le monde. Mais il a dû s’en expliquer au cours de sa conférence de presse à Washington.  » Rien n’empêche une telle rencontre « , a-t-il répondu sèchement aux journalistes. Les chroniqueurs de la vie politique turque décrivent pourtant, depuis trois ans, une rivalité croissante entre l’appareil du Parti de la justice et du développement (AKP), fondé par M. Erdogan et au pouvoir depuis 2002, et le mouvement Gülen, qui l’a longtemps soutenu.

«Le mouvement a été plutôt “colombe” à l’égard de l’Occident et d’Israël, et plutôt “faucon” contre l’Etat profond turc et le PKK»   Mustafa Akyol chroniqueur au quotidien «Star»

Camouflet supplémentaire pour le premier ministre, le numéro deux du gouvernement turc, Bülent Arinç, s’est, lui, rendu en Pennsylvanie, au moment où M. Erdogan était reçu par le président Obama, pour recueillir les recommandations du penseur musulman, qui compte parmi les plus influents. Les deux hommes se sont rencontrés il y a quarante ans – à l’époque, Fethullah Gülen prêchait dans une mosquée d’Izmir.  » Nous avons parlé pendant trois heures de la Turquie et du monde. Il prie pour Tayyip Erdogan, a rapporté M. Arinç à son retour, niant toute concurrence avec le pouvoir politique. Il a demandé au gouvernement d’être plus prudent, plus vigilant sur les questions nationales et régionales, en particulier quant au langage que nous employons.  » M. Erdogan, connu pour ses coups de sang, a dû apprécier.

Les tensions entre l’entourage du premier ministre et les membres influents de la confrérie se sont accentuées ces derniers mois. A l’approche de la présidentielle prévue pour 2014, les divergences se font jour.  » Le mouvement a été plutôt « colombe » à l’égard de l’Occident, et d’Israël et plutôt « faucon » contre l’Etat profond turc et contre le PKK « , résume Mustafa Akyol, chroniqueur, qui se qualifie de  » libéral musulman « , au quotidien Star.

Les négociations entre la guérilla kurde et le chef des services de renseignement turcs (MIT), Hakan Fidan, et le retrait annoncé des rebelles du sol turc ont été accueillis avec le plus grand scepticisme par les proches du réseau Gülen. Ainsi, Emre Uslu, chroniqueur au journal Taraf et ancien de l’Académie de police, spécialiste de l’antiterrorisme, tire à boulets rouges sur la tentative de dialogue. Le mouvement Gülen gagne en influence dans la hiérarchie de la police et de la justice, tandis que le patron du MIT est un proche de Tayyip Erdogan. Entre la police et le contre-espionnage, une guerre du renseignement fait rage. L’attentat de Reyhanli, près de la frontière avec la Syrie, qui a fait 51 morts le 11 mai, a encore renforcé leur rivalité.

Sur les relations avec Israël, qu’il souhaite pacifiées, ou avec l’Iran, qu’il critique ouvertement, comme sur l’Europe, les droits de l’homme et la liberté de la presse, M. Gülen fait entendre sa différence par rapport à M. Erdogan. Le système présidentiel que ce dernier veut bâtir pour 2014 ne plaît guère au mouvement qui pourrait être tenté de lui préférer un autre candidat pour la présidence de la République. Abdullah Gül, l’actuel occupant du palais de Cankaya, pourrait avoir les faveurs de l’imam de Pennsylvanie. En revanche, un retour en Turquie ne semble pas d’actualité.  » Il pourrait revenir en 2015 « , a lancé Hüseyin Gülerce, membre du premier cercle autour de Gülen.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :