jump to navigation

Kadri Gürsel: « La Turquie adopte des positions sectaires » 6 septembre 2013

Posted by Acturca in Middle East / Moyen Orient, Turkey / Turquie, USA / Etats-Unis.
Tags: , ,
trackback

Libération (France) vendredi 6 septembre 2013, p. 4

Recueilli par Marc Semo

Kadri Gürsel est spécialiste de politique étrangère au quotidien libéral turc Milliyet.

Que veut le Premier ministre turc islamo-conservateur, Recep Tayyip Erdogan ?

Engagé à fond dans le soutien à la rébellion syrienne, le gouvernement, qui est dans une impasse, espère que des frappes prolongées, comme lors de la guerre du Kosovo, pourraient porter à un renversement du régime. La politique menée par Ankara depuis le début de la révolte contre Bachar al-Assad – traité jusque-là comme un partenaire par Recep Tayyip Erdogan – a été un fiasco, rendant la situation toujours plus chaotique sur le terrain, par le soutien fourni aux composantes islamistes de la rébellion. La Turquie est devenue un acteur direct de la crise, adoptant des positions sectaires – pro-sunnites et pro-Frères musulmans – au risque d’importer de ce côté d’une frontière de 900 km les conflits entre alévis [secte moderniste issue du chiisme, pesant quelque 15% de la population, ndlr] et sunnites, entre laïcs et islamistes, entre Turcs et Kurdes.

Que pense la population ?

Les sondages depuis le début du conflit montrent tous l’opposition d’une écrasante majorité des Turcs – entre 70% et 80% selon les enquêtes et les moments – contre une intervention en Syrie, même dans un cadre international, car ils y voient un risque sérieux de déstabilisation du pays. Pour la grande majorité de l’opinion et pour l’opposition, notamment de gauche, un tel engagement est perçu comme la stratégie aventuriste d’un pouvoir islamiste cherchant à installer ses alliés à Damas plus qu’à défendre les intérêts de la nation. Face à l’afflux de réfugiés, Ankara a refusé l’aide des organisations internationales, comme le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés, affirmant être capable de faire face seule au problème.

La Turquie participera-t-elle à une intervention ?

L’exigence d’une intervention plus importante avancée par Erdogan est une façon de justifier vis-à-vis de ses partisans le refus d’Ankara de s’impliquer concrètement dans les frappes visant à sanctionner Damas pour l’usage des armes chimiques. Si elle le faisait, elle deviendrait un objectif légitime pour des représailles syriennes, au risque d’une escalade incontrôlée qui impliquerait l’Otan en tant que tel, puisque la Turquie est le pilier du flanc sud-est de l’Alliance. Ni les Etats-Unis ni la France, les deux seuls pays engagés, n’ont besoin de la Turquie, même pas pour un soutien logistique, mais la base américaine et de l’Otan d’Incirlik pourrait par exemple accueillir en cas d’urgence des avions en difficulté.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :