jump to navigation

Turquie: la croissance en hausse de 4,4% au 2T, Ankara satisfait 10 septembre 2013

Posted by Acturca in Economy / Economie, Turkey / Turquie.
Tags: ,
trackback

Agence France Presse, Mardi 10 septembre 2013

Istanbul

L’économie turque a connu une croissance de 4,4% au deuxième trimestre 2013, a annoncé mardi l’Institut turc de la statistique (Tüik), un chiffre accueilli avec satisfaction par Ankara au regard d’une conjoncture internationale défavorable.

Le taux de croissance a atteint 4,4% au deuxième trimestre 2013 par rapport à la même période de l’année précédente et de 3,7% sur l’ensemble du premier semestre 2013, a indiqué le Tüik.

La croissance avait atteint 2,9% au premier trimestre.

Ces résultats ont été accueillis avec satisfaction par le ministre des Finances Mehmet Simsek, même s’il a estimé que la croissance serait sans doute inférieure au taux de 4% initialement fixé comme objectif par le gouvernement.

« C’est indéniablement un succès important pour nous d’avoir accroché une tendance à la croissance en dépit de toutes les difficultés mondiales et régionales », a déclaré M. Simsek dans un communiqué cité par l’agence de presse Anatolie.

« Nous constatons que l’économie a gagné de la vitesse au cours du deuxième trimestre et que la demande intérieure a continué d’avoir un impact grandissant sur la croissance », a commenté le ministre.

« Mais que ce soit en raison des prévisions de croissance faibles pour l’économie mondiale, de l’évaluation des risques par les marchés financiers ou des tensions géopolitiques croissantes, il est probable que la croissance reste cette année sous l’objectif de 4% du Programme à moyen terme », a-t-il expliqué.

Le ministre de l’Economie Zafer Caglayan a pour sa part estimé que la croissance pourrait avoisiner les 3,5% en 2013, selon Anatolie.

L’économie turque traverse une période difficile à l’instar d’autres pays émergents depuis que la Banque centrale américaine (Fed) a annoncé en mai son intention de réduire ses injections de liquidités, ce qui a entraîné une dépréciation des monnaies de nombreux pays émergents.

La perspective de frappes militaires d’une coalition internationale contre la Syrie, voisine de la Turquie, après l’utilisation supposée d’armes chimiques par Damas contre sa population le 21 août a également inquiété les marchés turcs.

Le vice-Premier ministre Ali Babacan, cité par Anatolie, a confirmé que la croissance au premier semestre a été tirée par la demande intérieure (+4,3%) mais freinée par la faiblesse de la demande extérieure (-1,8%), notamment en raison des difficultés économiques du principal client de la Turquie, l’Union européenne.

Il a cependant dit s’attendre à une contribution positive des exportations à la croissance au second semestre « avec l’effet de la reprise prévue dans l’UE ».

Les marchés ont réagi positivement à l’annonce du Tüik, le principal indice de la Bourse d’Istanbul, le BIST100, s’établissant à la mi-journée en hausse de 1,58%, à 70.793,38 points.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :