jump to navigation

Chypre veut reconstruire son unité sur les décombres de la crise économique 19 septembre 2013

Posted by Acturca in Economy / Economie, Energy / Energie, EU / UE, South East Europe / Europe du Sud-Est.
Tags: , ,
trackback

Les Echos (France) no. 21525, jeudi 19 septembre 2013, p. 7

Anne Bauer, Bureau de Bruxelles

La situation économique pourrait faciliter la réunification de l’île. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a annoncé, hier à Bruxelles, son espoir d’assister à une relance rapide et décisive du processus de paix entre Chypriotes grecs et turcs. Les Nations unies devraient annoncer une reprise des pourparlers le mois prochain.

Après l’échec de la dernière tentative de réunification de l’île, en 2004, les conditions semblent enfin réunies pour un nouveau dialogue. D’abord parce que l’actuel président de Chypre, Nicos Anastasiades, est un des rares hommes politiques qui avait voté à l’époque en faveur du plan Annan de réunification. Ensuite, parce qu’il est déterminé à faire de la crise économique un catalyseur pour rechercher une solution à la partition qui divise l’île depuis 1974. « C’est à nous de transformer la crise en opportunité. Une solution acceptable contribuerait grandement à la croissance », explique-t-il à ses concitoyens. Enfin, parce que pour la première fois, Chypre, en dépit de sa crise financière et économique, dispose d’une monnaie d’échange : les réserves de gaz découvertes au large de ses côtes. Américains et Européens sont conscients de l’intérêt de s’appuyer sur ces découvertes, situées dans les eaux territoriales de Chypre, d’Israël et du Liban, pour tenter de reconstruire à Chypre un pôle de stabilité au Moyen-Orient.

Besoin d’espoir

L’île a en tout cas bien besoin d’un espoir. En dépit des félicitations de ses créanciers sur la bonne conduite du programme de restructuration de son secteur bancaire, la situation reste chancelante. Pour l’instant, les créanciers, FMI comme Commission européenne, parient toujours sur un recul de 13 % du PIB d’ici à la fin 2014 et ne révisent pas leurs prévisions à la baisse. Le chômage s’est envolé plus vite que prévu et devrait atteindre quasiment 20 % fin 2014. Les besoins financiers du pays sont couverts jusqu’à décembre, après le versement d’une première tranche d’aide de 3 milliards, puis le déblocage de 1,5 milliard ce mois-ci pour la recapitalisation de ses banques coopératives. Le pays n’a pas achevé de nettoyer ses comptes bancaires des mauvaises créances et son économie est en grande partie gelée du fait du contrôle des capitaux en vigueur. Selon la troïka, il n’est pas possible de s’engager sur une date pour sa levée. A Nicosie, le président a promis de suivre les étapes d’un plan qui aboutira à lever les dernières restrictions dès janvier 2014. D’ores et déjà, le contrôle des transferts s’est fortement assoupli.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :