jump to navigation

La politique a brisé ses céramiques d’Iznik 26 décembre 2013

Posted by Acturca in Art-Culture, Economy / Economie, France, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

La Nouvelle République du Centre-Ouest (France) i 26 décembre 2013, p.,7

Jacky Courtin

On connaît l’adjointe à la culture, un peu moins la céramiste. Anne-Marie Delloye-Thoumyre reste une artiste reconnue au parcours étonnant.

Ne parlez plus de politique à Anne-Marie Delloye-Thoumyre : « Le temps de deux mandats, j’ai perdu mes plus importants clients. Je ne me suis pas rendu compte du temps que prenait cette fonction ». Dans son petit atelier de la rue des Pavillons, l’artiste manie les bleus du bout du pinceau. Une précision chirurgicale : « Toujours en fin de journée. Il ne faut pas qu’une restauration se voie sous différentes lumières, sinon on est victime du métamérisme ».

Un parcours presque sans faute. D’ailleurs, rien ne prédestinait Anne-Marie Delloye-Thoumyre à rester à Châteauroux. Quatre années aux Arts Déco, à Paris. Les arts graphiques et les cours de l’École du Louvre : « J’avais un prof génial, M. Fourest, un grand historien de la céramique ». Elle enchaîne, cinq ans encore, avec l’Institut français de restauration des œuvres d’arts (Ifroa), créé par l’ancien ministre, Jack Lang. Elle a 35 ans, rêve d’aller au Japon. Puis la déception : l’équivalence de la formation continue ne fut plus reconnue : « Résultat, je ne peux pas travailler pour les musées. Il y a eu des procès et tout s’est effiloché ».Des terres cuites aux faïences, en passant par les barbotines et les porcelaines, Anne-Marie Delloye-Thoumyre est une goulue de la reconstitution. Ses clients fidèles : des antiquaires, des particuliers mais aussi la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) « pour le chantier du poêle en faïence de Saxe, d’une hauteur de 5,60 m ».Avant d’être élue, elle travaillait pour des clients anglais, américains et turcs. L’artiste se forge ainsi une solide réputation dans la restauration des céramiques d’Iznik (1) : « J’aime beaucoup cette période de l’art islamique, du XVIe, la belle époque de Soliman le Magnifique ». Avec une passion, toujours intacte, Anne-Marie Delloye-Thoumyre recolle les morceaux de sa vie de céramiste. Elle vient de terminer la restauration du Chemin de croix de Sully-sur-Loire. Un voeu : « Retourner en Turquie. »

(1) Ville d’Anatolie (anciennement, Nicée) de 43.500 habitants.

Anne-Marie Delloye-Thoumyre, restauration de céramiques : 
34, rue des Pavillons, à Châteauroux. 
Tél. 06.14.15.41.45. 
Mail : ateliers.des.remparts@orange.fr

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :