jump to navigation

«Türkisch für Anfänger», fraîche comédie culturelle venue d’Allemagne 13 juin 2009

Posted by Acturca in Immigration.
Tags: , , ,
trackback

Le Temps (Suisse), 13 juin 2009

Nicolas Dufour

Montré sur la TSR le samedi sous le titre «Family Mix», le feuilleton joue du choc des cultures entre ados allemands et turcs. Moins féroce dans la parodie que la série canadienne «La petite Mosquée dans la prairie», elle offre néanmoins une habile comédie sur les questions communautaires.

«Ne le prends pas mal, mais tu es quand même chrétienne», lance Yagmur à Lena, pour justifier le fait qu’elle ne l’accompagnera pas à l’école, ce jour de rentrée. Lena, 16 ans, constitue le personnage central de Family Mix, que la TSR montre ces jours le samedi après-midi. Une fiction TV qui, une fois encore, ne craint pas d’aborder des sujets délicats. Même si ses auteurs désamorcent le caractère explosif du propos grâce à un registre léger.

Créée par Bora Dagtekin, ­Family Mix participe du renouveau de la série TV en Allemagne, au même titre – quoique dans un genre tout à fait différent – que KDD (ou Berlin Brigade criminelle, sur Arte le vendredi soir). S’agissant des aventures de Lena, les doubleurs se sont levés du mauvais pied le jour où ils ont choisi ce titre Family Mix, sans rapport avec l’original, Türkisch für Anfänger. Peut-être fallait-il rassurer le public français? Dans l’Hexagone, la série a toutefois été cantonnée à une chaîne spécialisée (Canal+ Family), alors qu’elle a l’honneur des diffuseurs nationaux en Belgique et en Suisse. Lancé en 2006 sur les chaînes régionales allemandes et sur Das Erste, le feuilleton compte trois saisons.

Lena et son frère vivent avec leur mère Doris, psychologue prônant une éducation libérale. Et qui, par ailleurs, s’est attachée à Metin, policier turc. Les deux amoureux relèvent le défi de vivre ensemble, rassemblant leurs enfants sous le même toit. La délurée Lena avec la rigoriste Yagmur. Et face au rugueux Cem, qui prend très à cœur sa mission de nouveau grand frère tout en pestant contre les tenues dépravées de l’ado allemande.

On s’en doute, les scénaristes jouent pleinement le contraste culturel. Chaque péripétie donne lieu à un malentendu, ou à une friction, communautaire. La trame repose sur le choc, caricaturé, de l’ado émancipée – ou qui se croit telle – et de la musulmane pratiquante, avec, au milieu, le père, Metin, qui tente la conciliation, ainsi lorsqu’il essaie d’adoucir un brin les contraintes du Ramadan. Le feuilleton a la biographie de son créateur pour caution: Bora Dagtekin a grandi dans une famille mixte. En outre, les auteurs détaillent les deux versants de leur histoire, le volet culturel ou religieux, et l’exploration rigolarde de la famille recomposée. Pour corser le tout, ils ajoutent un personnage, Axel, qui courtise Lena tout en consultant chez Doris, intrus dans cette tribu déjà bancale.

Cette manière de marcher allègrement sur les mines communautaristes des pays occidentaux rapproche bien sûr Türkisch für Anfänger de La Petite Mosquée dans la prairie. La fiction de la Pakistano-Anglo-Torontoise Zarqa Nawaz, qui vient d’être reconduite par la chaîne publique canadienne CBC et dont les droits ont été acquis l’année passée par l’américaine Fox, fait toutefois preuve d’une plus grande audace. Dans les deux cas, les conteurs adoptent un format rappelant la sitcom, épisodes de 25 minutes, ton comique permanent… Mais La Petite Mosquée…, disponible ici en DVD, a pour elle une plus grande férocité dans la parodie. Axée sur la narration de Lena, Türkisch für Anfänger adoucit peut-être trop les angles. Mais cela n’enlève rien à sa fraîcheur.

Commentaires»

1. Le_gabelou - 31 juillet 2009

Nous avons dévoré les épisode de cette série « Türkish für Anfanger » qu’une ami allemande nous a prêté en version originale. Alors qu’on craignait un essouflement du concept au bout du 20 ème épisode, on se rend vite compte que les scénaristes en avait gardé sous la semelle! Des fous rires et des larmes. Léna est une adorable petite peste très expressive. On peut cependant regretter la mauvaise prestation de la mère Doris et de la tante qui surjouent trop l’aspect émotionel.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :