jump to navigation

Les feuilletons turcs font chavirer le monde arabe 1 avril 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, Middle East / Moyen Orient, Religion, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , ,
trackback

L´Expansion (France), 1 avril 2009, pp. 86-87

Laure Marchand à Istanbul

Le Brad Pitt du monde arabe est turc. Avec son regard bleu azur et son corps sculptural, l’acteur Kivanc Tatlitug fait des ravages de Dubai au Maroc. Dans la série télévisée « Noor », il joue le personnage de Mohannad, un jeune Stambouliote fortuné épris d’une jeune fille ravissante mais pauvre, issue d’une famille traditionnelle. Le dernier épisode de cette saga sentimentale, qui a déjà été suivie dans 22 pays sur les chaînes satellitaires, a rassemblé 85 millions de téléspectateurs. L’audience de « Noor » illustre le succès rencontré par les séries turques dans le monde arabe.

Un succès dû à la proximité culturelle

« Nous avons vendu plus de 20 séries au Moyen-Orient en 2007 et 2008. L’an dernier, elles nous ont rapporté près de 4,5 millions d’euros à l’export », explique Göksu Akgün, responsable des ventes à l’étranger de Dogan TV, le premier groupe audiovisuel du pays, qui détient 80 % de ce marché. Les séries turques sont également diffusées en Asie centrale, en Roumanie, en Grèce… Des contrats sont en cours de négociation avec des pays des Balkans.

Dans le monde arabe, l’engouement est tel que la chaîne saoudienne MBC, qui a déjà diffusé « Noor », a signé un contrat d’exclusivité de quatre ans avec Dogan TV pour tous les feuilletons produits. « Sous les tilleuls », « Les Ailes brisées » ou « La Légende d’Istanbul » font désormais concurrence aux séries syriennes, brésiliennes et américaines. La proximité culturelle explique cet engouement pour les soap operas à la sauce turque sur tout le pourtour méditerranéen. Une femme au foyer de Damas, une étudiante de Casablanca, s’identifient plus facilement à une héroïne turque, également musulmane, qu’à une célibataire new-yorkaise de « Sex and the City ». Une aubaine pour la soixantaine de sociétés de production turques qui réalisent ces séries télévisées : elles connaissent un fort développement depuis cinq ans.

Sujets tabous en prime time

En explorant des thèmes comme l’égalité entre hommes et femmes ou le travail féminin, en abordant des tabous, tels les enfants hors mariage, « Noor » montre que « l’ouverture est compatible avec les valeurs islamiques traditionnelles »,analyse Ipek Mercil, sociologue à l’université de Galatasaray, à Istanbul.La morale est sauve, dit-il, puisque« la figure patriarcale est toujours respectée et que le rôle de la famille reste central ». Bref, cette série, pur produit de la république turque laïque, apporte un bol d’air à ses millions de fans arabes.

Les aventures des deux amoureux stambouliotes ont d’ailleurs vite débordé du petit écran pour se transformer en phénomène de société. Dans les maternités de la péninsule Arabique et des territoires palestiniens, les prénoms Mohannad et Noor font florès. Les tee-shirts avec leurs portraits se vendent en quantités industrielles. Sur les forums de discussions, les jeunes Algériennes et Saoudiennes rêvent toutes d’un mari comme Mohannad. Mais il semble que les ardeurs suscitées par le beau jeune homme aient également semé la pagaille dans des couples : la presse arabe a même rapporté des cas de divorce et de répudiation de la part de maris jaloux…

Des chaînes sous le coup d’une fatwa

La « Noormania » a pris de telles proportions qu’elle s’est même attiré l’ire des religieux. Le mufti général d’Arabie saoudite, Abdelaziz Abdallah al-Cheikh, a émis une fatwa contre les chaînes « ennemies de Dieu et de son prophète » qui passent cette série « subversive » et « anti-islamique ». On ne prévoit aucune suite aux 165 épisodes de « Noor », dont la diffusion s’est achevée l’automne dernier. Mais Göksu Akgün se frotte déjà les mains : « Kivanc Tatlitug joue dans un nouveau feuilleton qui sera bientôt programmé par MBC. ça devrait faire l’effet d’une bombe ! »

Commentaires»

1. zina - 5 octobre 2009

Je suis épouse et mère et je prie pour que mes enfants puissent rencontrer l’âme soeur et que Yabka El-houb.
J’ai rencontré mon époux il y a 39 ans.
39 ans de bonheur à ce jour, bien sûr dans un mariage il y a des hauts et des bas, mais l’AMOUR arrive toujours à vaincre.
Je suis musulmane pratiquante et je ne priverai jamais mes enfants de ce bonheur.
On ne peut pas vivre sans AMOUR, même l’Amour de Dieu doit être complété par l’Amour de son conjoint, de ses enfants, de sa famille ou même d’un animal de compagnie.
Les gens que ces séries dérangent, que Dieu me pardonne,
ils seraient plus heureux s’ils n’avaient pas oublié l’AMOUR.
Quant aux chaînes sous le coup d’une Fatwa, c’est aberrant que devant tant de misère dans le monde, il y ait des gens qui prient pour qu’il arrive malheur à d’autres. Nous n’avons de leçons à recevoir de personne et je souhaite à tout être sur terre de rencontrer l’amour. Que Dieu nous protège de ces fanatiques.
Oua yabka El-houb.

2. FIZI - 1 octobre 2009

de ma part une série qui me plait énormément et je souhaite connaître les vrais noms des acteurs turque de cette série « Wa Yabka Al Houb » en arabe et en français et l’amour continue,
je suis vraiment fan des acteurs et surtout leur professionnalisme.
je souhaite beaucoup de succés et que nos acteurs soient du niveau.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :